• Position hiérarchisée d'un diplôme, d'un titre homologué ou d'une formation dans une nomenclature. En France, la nomenclature uti1isée auparavant par la Commission technique d'homologation (CTH) des titres et diplômes de l'enseignement technologique (interministérielle), et maintenant par le Répertoire national des certifications professionnelles, est décrite de la façon suivante :

     

     

    • Niveau 1 Personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation de niveau supérieur à la maîtrise.

       

    • Niveau 2 Personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation de niveau comparable à celui de la maîtrise ou de la licence.

       

    • Niveau 3 Personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation du niveau du brevet de technicien supérieur ou du diplôme des instituts universitaires de technologie, ou de fin de premier cycle de l'enseignement supérieur.

       

    • Niveau 4 Personnel occupant des emplois de maîtrise ou possédant une qualification d'un niveau équivalent à celui du baccalauréat technique ou de technicien, ou du brevet de technicien.

       

    • Niveau 5 Personnel occupant des emplois exigeant normalement un niveau de formation équivalent à celui du brevet d'études professionnelles (BEP) ou du certificat d'aptitude professionnelle (CAP).

       

    • Niveau 5 Bis Personnel occupant des emplois supposant une formation courte d'une durée maximal d’un an, conduisant notamment au certificat d'éducation professionnelle ou à toute autre attestation de même nature.

       

    • Niveau 6 Personnel occupant des emplois n'exigeant pas de formation allant au-delà de la fin de la scolarité obligatoire.

       

     

    Les niveaux 5 bis et 6 ne sont pas utilisés. Il existe une nomenclature européenne dont les niveaux sont dans l'ordre inverse de la nomenclature française.

     


  • Analyse de la situation d’un stagiaire avant son entrée en formation en référence d’une part aux compétences requises par le référentiel de certification d’un diplôme et d’autre part aux acquis qu’il possède déjà. Ce positionnement conduit à la construction d’un parcours individualisé de formation (durée dont allègements, méthodes de formation).

     


  • Le référentiel d’un diplôme est composé du référentiel professionnel et du référentiel de certification.

     


  • Le référentiel professionnel comprend :

     

    • la présentation du secteur professionnel : les entreprises, les emplois (évolution, niveau requis) et les évolutions du secteur (sociales, économiques, techniques…)

       

    • la description de l’emploi type d’animateur de la spécialité : appellation, entreprises et structures concernées, champs et nature des interventions, situation fonctionnelle, autonomie et responsabilité, évolution dans le poste et hors du poste

       

    • la Fiche Descriptive d’Activités (FDA) qui présente l’ensemble des activités constitutives du métier. Toute activité décrite est exprimée notamment par un verbe d’action.

       


  • Présente les UC constitutives du diplôme, définies au niveau national en unités (UC 1 à 9) et en unité d’adaptation (UC 10). Il fixe pour chaque unité les compétences professionnelles attendues, exprimées sous forme d’objectifs. Il s'appuie sur la description de l'emploi type et sur la fiche descriptive d’activité (cf. référentiel professionnel). L’évaluation certificative ou la VAE conduisant à la délivrance des UC puis du diplôme, se fait à partir du référentiel professionnel.